loader

12/12/2021

🔴🗞 Communiqué de presse : DES QUARTIERS DE ROMANS BRÛLENT ET MME LE MAIRE REGARDE AILLEURS

Depuis plusieurs semaines le quartier Est de la ville est confronté à de régulières et de nombreuses violences urbaines. Ces actes sont intolérables et il faut que ça cesse.


Les riverains qui doivent supporter quotidiennement cette délinquance sont les premières victimes.

Mme Thoraval se défausse et rejette la responsabilité sur les autres...


Pourtant, à ce sujet rappelons-le, elle a fait le choix de lâcher des compétences communales, comme celles de l’entretien du domaine public et le maintien de la cohésion sociale pour aller sur des compétences régaliennes. La sécurité en fait partie. Nous avons régulièrement dénoncé sur le mandat précédent et sur celui en cours ces erreurs stratégiques en matière de coût et de lutte contre l’insécurité.


La majorité a toujours fait de la sécurité « l’alpha et l’oméga » de toutes ses campagnes électorales (municipales, régionales, départementales, législatives...). Le budget municipal sur ce sujet est massif (ex 200 000 euros cette année uniquement pour l’installation de caméras sans compter l’entretien et le fonctionnement) au détriment d’une politique de prévention qui reste selon nous le pendant du répressif.


Sur ce mandat elle multiplie par deux le déploiement des caméras (100 supplémentaires) mais uniquement sur les quartiers « résidentiels ». Les quartiers des habitants modestes qui payent leurs impôts continueront eux à subir sans bénéficier de résultats probants tout en devant régler consciencieusement l’impôt.


Ce choix politique assumé sans complexe et encore récemment par voie de presse confirme qu’aucune remise en question n’est à l’ordre du jour sur sa pertinence. Rien ne sera modifié pour faciliter la vie des habitants victimes désabusées, fatalistes et emprunts d’un fort sentiment d’injustice et pourtant touchés au premier plan par ces agissements délictueux.


Mme le Maire a récemment affirmé de ne plus vouloir retirer les stigmates des affrontements laissés sur le domaine public au vu et au su de tous. Une carcasse de voiture calcinée a traîné sur un trottoir du côté de la place Berlioz durant plusieurs semaines... L’argument honteux soulevé, en réponse à la colère légitime des commerçants du marché de la monnaie dénonçant l’imagedélabrée de l’espace public fournie à une clientèle anxieuse qui rechigne dans ces circonstances à se déplacer a été : « je ne vois pas pourquoi on ferait supporter cette charge indue sur les impôts des Romanais ».


S’il faut le rappeler, tous les Romanais ont les mêmes droits et devoirs, qu’ils habitent à la monnaie ou proche, au centre ou au Nord, ils payent tout autant leurs impôts locaux (ou leur droit de place pour les commerçants non sédentaires).Ils aspirent à une tranquillité de vie à un quartier propre et entretenu, ils participent financièrement à la création de « brigades vertes » voulue par la majorité municipale dans son programme électoral. Ils devraient en conséquence pouvoir bénéficier du même traitement que la majorité des autres quartiers en la matière. Un quartier propre, sécure et paisible.


Il est loin le temps où alors dans l’opposition Mme THORAVAL s’émouvait, la main sur le cœur des conséquences des actes délictueux sur « l’activité pour le commerce », et sur « l’image pour l’activité économique de la ville » (cf article du 21 octobre 2009 sur le blog de l’association Romans nouvel élan). Il est loin aussi le temps où elle prônait une intransigeance en la matière. Cette même intransigeance qui devrait s’appliquer pourtant aujourd’hui maintenant qu’elle est aux responsabilités, pour l’ensemble des Romanais. La Pavigne subit les mêmes aléas et les mêmes attitudes spectatrices de la majorité.


Nous l’appelons dès maintenant à faire respecter les règles communes, à porter les responsabilités qui sont les siennes par un enlèvement systématique des poubelles et des voitures brulées, des tags et autres dégradations survenus sur les lieux de vie ou de travail. Une demande bien légitime des riverains qui doit être entendue en affirmant aux délinquants que le domaine public n’est pas leur territoire mais celui de la République.


Cela s’appelle l’équité du service public que tout Maire se doit de mettre en œuvre et de défendre.


Pour «Romans en Commun» : Isabelle PAGANI, Yasmina BOYADJIAN, Valentin ROBERT – romansencommun@gmail.com

Lien vers l'article du Dauphiné Libéré évoquant la situation actuelle : https://www.ledauphine.com/faits-divers-justice/2021/05/31/nuisances-a-la-monnaie-le-ras-le-bol-des-riverains