Un centre de santé opérationnel : « Romans en Commun » s’y engage !

loader

Dans un contexte de baisse générale de l’offre de soins, conséquence de décisions prises en fonction d’objectifs comptables et budgétaires dont la création du numérus clausus en 1971 pour réduire le nombre de prescripteurs afin de limiter les dépenses remboursées et les réformes de l’organisation sanitaire (regroupement hospitalier, suppression de lits), la santé est une question qui mobilise de plus en plus les populations. A ce titre elle s’invite fortement dans la campagne des municipales. La liste Romans en Commun conduite par Isabelle Pagani en est absolument consciente, elle qui a inscrit au fronton de son programme la relance d’un centre de santé sur le bas de la ville.


En termes de soins quotidiens de proximité la demande pour le seul secteur du bas de notre ville, c’est 8000 consultations pour une patientèle de 5500 personnes qui pour une large part vit dans des conditions difficiles (Chiffres de 2017). Cette demande concerne certes les médecins généralistes mais aussi le dentaire, les soins infirmiers et des spécialités comme la gynécologie, la kinésithérapie, l’ophtalmologie, etc.


Voilà pourquoi nous considérons que les centres de santé sont une forme pertinente pour l’exercice d’une médecine susceptible de répondre au triple défi de satisfaire les besoins de la population, des professionnels et des politiques territoriales de santé.


Les centres de santé à la différence des maisons de santé, des pôles médicaux ou encore de montages de type CCAS amélioré, permettent d’une part d’organiser une offre de soins pluridisciplinaire en un même lieu, d’appliquer systématiquement le tiers payant et de ne pas pratiquer de dépassements d’honoraires. D’autre part les médecins des centres de santé ont un statut de salarié et peuvent organiser leur travail de façon collective ce que recherchent de plus en plus les jeunes médecins. Enfin les centres de santé sont un levier pour travailler une autre organisation de l’intervention de la médecine de ville (consultation sur place et à domicile, plages horaires) et convaincre les tutelles s’il en est encore besoin, de la nécessité d’ouvrir largement le recrutement de médecins et ainsi de permettre un accès sociologiquement renouvelé à cette profession.


Une fois élue, la liste Romans en Commun, s’engage à relancer un centre de santé digne de ce nom à Romans. Elle est prête à y consacrer une enveloppe de l’ordre de 2 Millions d’euros. Ouverte aux discussions avec l’ensemble des partenaires potentiels et donc aux solutions qu’ils pourraient lui présenter, elle saura aussi prendre ses responsabilités et proposera la création d’un centre de santé municipal qui pourrait envisager de développer son action en coopération avec le centre hospitalier dont l’affluence aux urgences diminuerait, et naturellement avec l’ARS (Agence Régionale de Santé), partenaire institutionnel.


Les candidates et candidats de la liste « Romans en Commun ».